[Ip-health] Statement on Global Commission on HIV and the Law (including comments re IP recommendations)

Richard Elliott relliott at aidslaw.ca
Mon Jul 9 09:28:00 PDT 2012


(Voir plus bas pour la version française.)
 
For immediate release

CANADIAN HIV/AIDS LEGAL NETWORK APPLAUDS GLOBAL REPORT ON HOW LAWS HELP OR HINDER RESPONSE TO HIV

TORONTO, July 9, 2012 — Decriminalize drugs for personal use.  Repeal laws that criminalize sex work.  Implement comprehensive harm reduction services in prisons.  Ensure access to health services for migrants.  Fully enforce measures to end violence against women and ensure access to comprehensive sexual and reproductive health services.  Create simple mechanisms for access to lower-cost, generic medicines and adopt a global moratorium on international trade agreements that would limit such access.

These are just a few of the strong recommendations in a powerful global overview released today by the Global Commission on HIV and the Law, a high-level, independent body of global leaders and experts.  The report follows 18 months of extensive hearings and consultations in every region of the world, and comes two weeks before the International AIDS Conference in Washington, D.C.  

At the heart of the report is the Commission’s finding that bad laws and their punitive enforcement are fuelling the HIV epidemic — and conversely, good laws are key to overcoming it. 

With the release of the Commission’s long-awaited report, the Canadian HIV/AIDS Legal Network is calling on Canada’s lawmakers and enforcers to take heed of the report’s recommendations and enable an effective and sensible response to the ongoing AIDS crisis at home and abroad.

“If governments in Canada are committed to human rights and the public welfare, they can’t ignore this report,” says Richard Elliott, executive director of the Legal Network.  “Many of the recommendations in this global report are directly applicable to what needs to be done here.”

“For example, Canada’s misguided, punitive laws on sex work, drugs and prisons are exactly the kinds of things that fuel the HIV epidemic and are condemned in this report,” says Elliott.  “The Commission is the latest high-profile body of experts calling on countries to decriminalize the possession of drugs for personal use and instead ensure access to harm reduction services.  Yet Canada is heading in the opposite direction, perpetuating the failed war on drugs.”

Many of the Commission’s other recommendations are equally relevant to Canada, and the Legal Network is calling on governments to take action on several fronts:

- The federal Attorney General should abolish Canada’s antiquated, Victorian-era prostitution laws, which only increase danger to the lives, health and safety of sex workers, particularly those most vulnerable to abuse.  A few months ago, the Ontario Court of Appeal struck down some of these laws as unconstitutional.  The government should abandon its appeal to the Supreme Court of Canada of the recent Bedford decision and instead amend the Criminal Code to remove these provisions.

- Federal and provincial governments cannot continue denying access to life-saving harm reduction measures in prisons.  HIV and hepatitis C rates are much higher among people in prison, and high-risk drug injection continues in prisons despite enhanced, expensive efforts to keep drugs out.  As confirmed by the Public Health Agency of Canada’s own review, there is now two decades’ worth of evidence from multiple countries that access to sterile injection equipment in prisons is a necessary, feasible and beneficial health service.  UN agencies, domestic medical associations and human rights experts have called repeatedly for such programs to be in place, and Canada must heed this call.

- The Commission has also said clearly that criminal prosecutions for HIV non-disclosure are only justified in cases where there is intentional transmission of the virus.  Yet in Canada, some Crown prosecutors are abusing the criminal law and engaging in a witch-hunt against people living with HIV.  There are cases currently before the Supreme Court of Canada and other courts in which Attorneys General are trying to put people behind bars for aggravated sexual assault even though there was no significant risk of transmission.  This injustice must end.

- Finally, the Commission calls on countries to permit the simple and accessible licensing of life-saving medicines for generic manufacture, and to adopt immediately a moratorium on any intellectual property rules in international treaties that would impede access to such medicines.  It specifically calls on countries with the capacity to export lower-cost, generic medicines — such as Canada — “to adopt straightforward, easy-to-use” measures in their law to help respond to the need for medicines.  Bill C-398, currently before Parliament, could fix Canada’s failed Access to Medicines Regime and enable Canada to lead the charge on this important front.  Canada should also demand the removal of any intellectual property provisions in ongoing trade negotiations for the Canada-European Union Trade Agreement (CETA) and the Trans-Pacific Partnership (TPP).  Ever-more stringent patent barriers and high prices for medicines will mean that millions of people continue to die because they simply cannot afford life-saving treatment.

For more information about the report, please see the Global Commission on HIV and the Law’s press release attached below.  To read the report visit www.hivlawcommission.org.   

About the Canadian HIV/AIDS Legal Network The Canadian HIV/AIDS Legal Network (www.aidslaw.ca) promotes the human rights of people living with and vulnerable to HIV/AIDS, in Canada and internationally, through research and analysis, advocacy and litigation, public education and community mobilization. The Legal Network is Canada’s leading advocacy organization working on the legal and human rights issues raised by HIV/AIDS.

– 30 –

For more information:
Janet Butler-McPhee
Director of Communications
Canadian HIV/AIDS Legal Network
jbutler at aidslaw.ca
416-595-1666 ext. 228
416-268-2549 (cell)

* * * * * * *

Pour publication immédiate

LE RÉSEAU JURIDIQUE CANADIEN VIH/SIDA EST D’ACCORD AVEC UN RAPPORT MONDIAL SUR L’EFFET UTILE OU NÉFASTE DES LOIS DANS LA RIPOSTE AU VIH

TORONTO, 9 juillet 2012 — Décriminaliser la drogue pour consommation personnelle. Abroger les lois qui criminalisent le travail sexuel. Mettre en œuvre des services complets de réduction des méfaits, en prison. Assurer l’accessibilité des services de santé pour les migrants. Appliquer des mesures complètes pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et assurer l’accessibilité de services complets en matière de santé sexuelle et génésique. Instaurer des mécanismes simples pour l’accès à des médicaments génériques à moindre prix et décréter un moratoire mondial sur les accords en matière de commerce international qui limiteraient cet accès.

Voilà quelques exemples d’une longue série de solides recommandations formulées dans un aperçu mondial frappant, que publie aujourd’hui la Commission mondiale sur le VIH et le droit — un organisme indépendant formé de leaders mondiaux et d’experts. Le rapport est publié au terme de 18 mois d’audiences détaillées et de consultations dans toutes les régions du monde; il précède de deux semaines le Congrès international sur le sida, à Washington.

L’essence du rapport réside dans le constat suivant de la Commission : de mauvaises lois et l’application de sanctions alimentent l’épidémie du VIH — et à l’inverse, de bonnes lois sont un élément crucial à vaincre l’épidémie.

Conjointement à la publication du rapport tant attendu de la Commission, le Réseau juridique canadien VIH/sida enjoint aux législateurs, et aux instances d’application de la loi, de donner suite aux recommandations contenues dans le rapport et de rendre possible une riposte efficace et sensée, à la crise du VIH/sida qui se poursuit, au Canada et à l’étranger.

« Si les gouvernements, au Canada, sont engagés à l’égard des droits de la personne et au bien-être du public, ils ne peuvent pas faire fi de ce rapport », affirme Richard Elliott, directeur général du Réseau juridique. « Plusieurs des recommandations formulées dans ce rapport mondial trouvent des applications directes dans ce qui doit être fait dans notre pays. »

« Notamment, les lois punitives et malavisées du Canada en matière de travail sexuel, de drogue et de détention sont précisément le genre de choses qui contribuent à l’aggravation de l’épidémie et qui sont critiquées dans ce rapport », souligne M. Elliott. « La Commission est le plus récent groupe d’experts de haut niveau qui exhorte les pays à décriminaliser la possession de drogue pour l’usage personnel, et à veiller à l’accès à des services de réduction des méfaits. Néanmoins, le Canada a persisté jusqu’ici dans la direction contraire en s’entêtant à perpétuer l’échec qu’est la guerre aux drogues. »

Plusieurs autres recommandations de la Commission présentent autant de pertinence pour le Canada; et le Réseau juridique incite les gouvernements à passer aux actes sur plusieurs fronts :

- Le procureur général du Canada devrait abolir les lois désuètes sur la prostitution, qui remontent à l’époque victorienne, et qui ne contribuent qu’à intensifier les risques pour la vie, la santé et la sécurité des travailleuses et travailleurs sexuels, en particulier celles et ceux qui sont les plus vulnérables aux abus. Il y a quelques mois, la Cour d’appel de l’Ontario a invalidé certaines de ces lois en les déclarant inconstitutionnelles. Le Gouvernement du Canada devrait retirer l’appel qu’il a interjeté auprès de la Cour suprême du Canada, relativement à l’arrêt Bedford, et plutôt amender le Code criminel pour abolir ces dispositions.

- Les gouvernements fédéral et provinciaux ne peuvent plus continuer à interdire la provision de mesures salvatrices de réduction des méfaits dans leurs prisons. Les taux de VIH et d’hépatite C dans les prisons sont beaucoup plus élevés que dans l’ensemble de la population; de plus, l’injection de drogue se poursuit et est plus risquée dans ce contexte, et en dépit d’efforts coûteux et intensifiés pour contrer l’entrée de drogue en prison. Comme l’a confirmé l’examen réalisé par l’Agence de la santé publique du Canada, il existe à présent un corpus de preuves recueillies pendant deux décennies et dans de multiples pays, à l’effet que l’accès à du matériel d’injection stérile en prison constitue un service de santé nécessaire, réalisable et bénéfique. De nombreux organes des Nations Unies, associations médicales du Canada et experts en droits de la personne ont maintes fois recommandé la mise en œuvre de tels programmes — et le Canada doit appliquer cette recommandation.

- La Commission a clairement affirmé que les poursuites criminelles pour non-divulgation de la séropositivité au VIH ne sont justifiables que dans les cas où il y a eu transmission intentionnelle de l’infection. Or, au Canada, certains procureurs de la Couronne abusent du droit criminel et font une chasse aux sorcières visant les personnes qui vivent avec le VIH. Des affaires sont en instance de jugement devant la Cour suprême du Canada et d’autres cours, concernant des tentatives de procureurs généraux qui visent à faire incarcérer des personnes séropositives pour voies de fait graves en dépit du fait que les comportements de ces personnes n’ont pas entraîné de risque important de transmission du VIH. Il s’agit d’une injustice qui doit cesser.

- En outre, la Commission exhorte les pays à permettre l’accès simple et facilité à des licences relatives aux médicaments salvateurs, pour en autoriser la production générique, et à décréter immédiatement un moratoire contre toute règle de propriété intellectuelle qui contraindrait l’accès à de tels médicaments, dans le cadre de traités internationaux. La Commission incite explicitement les pays qui ont la capacité d’exporter des médicaments génériques à faible coût — comme le Canada — à adopter des mesures simples et faciles d’usage, dans leurs lois, pour aider à répondre au besoin de médicaments. Le Projet de loi C-398, actuellement devant le parlement canadien, pourrait régler les problèmes du déficient Régime canadien d’accès aux médicaments, et faire du Canada un leader actif dans cette avenue importante. Le Canada devrait aussi exiger l’abandon de toute disposition sur la propriété intellectuelle dans le cadre des négociations en cours sur le commerce international, concernant l’Accord commercial Canada Union Européenne (AECG) et le Partenariat transpacifique. Des obstacles encore plus lourds rattachés aux brevets et des prix plus élevés pour les médicaments entraîneront que des millions de personnes continuent de mourir parce qu’elles n’ont tout simplement pas les moyens d’accéder aux traitements salvateurs qui existent.

Pour plus d'informations sur le rapport, veuillez voir le communiqué de presse de la Commission mondiale sur le VIH et le droit ci-dessous.  On peut lire le rapport à www.hivlawcommission.org. 

Au sujet du Réseau juridique canadien VIH/sida Le Réseau juridique canadien VIH/sida (www.aidslaw.ca) œuvre à la promotion des droits humains des personnes vivant avec le VIH/sida ou vulnérables au VIH, au Canada et dans le monde, à l’aide de recherches et d’analyses, de plaidoyer et d’actions en contentieux, d’éducation du public et de mobilisation communautaire. Le Réseau juridique est l’organisme chef de file au Canada sur les enjeux juridiques et de droits de la personne liés au VIH/sida.

– 30 –

Pour de plus amples renseignements :
Janet Butler-McPhee
Directrice des communications      
Réseau juridique canadien VIH/sida
jbutler at aidslaw.ca
416-595-1666 (poste 228)
416-268-2549 (cellulaire)

________________________________________________
Richard Elliott
 
Executive Director | Directeur général
Canadian HIV/AIDS Legal Network | Réseau juridique canadien VIH/sida 
+1 416 595-1666 (ext./poste 229)
www.aidslaw.ca | www.twitter.com/aidslaw | www.aidslaw.ca/facebook

Access to Medicines Campaign: www.medicinesforall.ca 
Campagne pour accès aux médicaments : www.medicamentspourtous.ca






More information about the Ip-health mailing list