[Ip-health] Déclaration de Yolse sur le Covid-19 - Yolse Statement on Covid-19

Safiatou Simpore Diaz ssdiaz at yolse.ch
Tue Mar 31 07:11:12 PDT 2020


Déclaration de Yolse sur le Covid-19.
Carouge, le 25 mars 2020.

Nous sommes très préoccupés par la capacité des systèmes de santé des pays africains à prendre en charge les cas de coronavirus. La plupart des pays ont des structures sanitaires vétustes, les hôpitaux manquent de ventilateurs, de lits en réanimation et de matériel de protection pour le personnel médical. On ne peut pas lutter sans armes ni munitions.
Aujourd’hui, très peu de pays africains sont en mesure de produire le matériel de protection de base ou même fabriquer les génériques des outils de diagnostic, les futurs traitements et vaccins. Cette pandémie inattendue nous atteint dans notre humanité, provoque une crise sanitaire et une crise économique sans précédent. Toutefois, elle doit servir de piqûre de rappel aux autorités africaines de ne pas compter sur les autres pour répondre aux besoins essentiels de santé de leur population. Avec la crise sanitaire du coronavirus, les pays qui fournissaient à l’Afrique en produits médicaux mettent désormais la priorité sur les besoins de leur population avant de les exporter. Cependant, nous appelons à une solidarité internationale coordonnée pour venir en aide aux pays les plus vulnérables. Toutefois l’aide doit s’opérer en concertation avec les ministères de la santé et les comités nationaux de gestion du coronavirus.
Nous appelons les organisations d’aide au développement, les organisations des Nations Unies et les ONG à se coordonner dans la réponse au coronavirus. Le désastre sanitaire causé par la maladie ne doit pas empêcher des interventions de qualité, efficaces avec un impact certain et mesurable.

L’aide aux pays vulnérables ne doit pas se limiter uniquement aux traitements, vaccins et outils de diagnostic. En plus de répondre immédiatement à l’urgence sanitaire, il faut également soutenir la création d’infrastructures de santé durables et promouvoir la production locale des produits médicaux essentiels en Afrique sub-saharienne.

Nous appelons les pays africains à prendre leur responsabilité dans le cadre de la mise en œuvre des flexibilités de l’Accord ADPIC. Malgré la réaffirmation de la Déclaration de Doha sur l’Accord ADPIC et la Santé Publique, des droits des Etats membres de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) à utiliser pleinement les flexibilités de l’Accord ADPIC pour permettre l’accès à des produits de santé abordables.  La majorité des Etats africains membres de l’OMC n’ont pas encore pris des mesures nationales. En déficit de capacité de production locale, les pays africains feront non seulement face aux prix élevés mais également à une pénurie des nouveaux traitements et vaccins du Covid-19 puisque les pays producteurs sont également confrontés à la pandémie et privilégient exclusivement la réponse aux besoins de leur population.

Dans ce contexte de pandémie dévastatrice, nous sommes consternés de constater que l’un des traitements (Remdesivir[1]) potentiel qui sera validé à travers les tests cliniques dans les prochains jours pour traiter le coronavirus est déjà breveté par l’Organisation Africaine de la Propriété intellectuelle (OAPI) alors que treize (13) de ses Etats membres sont des pays les moins avancés et de ce fait, exemptés de la protection des brevets sur les produits pharmaceutiques.
Ainsi, nous demandons aux Etats membres de l’OAPI de prendre immédiatement des mesures nationales non seulement pour mettre en œuvre la période transitoire sur les produits pharmaceutiques en faveur des PMA mais également les autres flexibilités de l’Accord ADPIC pour les non PMA comme la licence obligatoire ou la licence publique non commerciale afin d’éviter que les brevets pharmaceutiques soient un obstacle à l’accès aux futurs traitements et vaccins du Covid-19.

Par ailleurs, nous appelons les entreprises pharmaceutiques à faire preuve d’humanité et rendre accessible tous les nouveaux traitements et vaccins à toutes les populations quel que soit leur pouvoir d’achats pour sauver des vies car comme le disait Louis Pasteur, la science n’a pas de patrie, parce que le savoir est le patrimoine de l’humanité, le flambeau qui éclaire le monde[2].


Yolse statement on Covid-19.
Carouge, 25 March 2020.

We are very concerned about the capacity of health systems in African countries to manage coronavirus cases. Most countries have aging sanitary infrastructures, hospitals lack ventilators, ICU beds and PPE for health professionals. One cannot fight without weapons or ammunition.

Today, very few African countries have the ability to produce the required PPE or make generic diagnostic tools, future treatments and vaccines
Today, very few African countries are in a position to produce basic protective equipment or even to manufacture generics for diagnostic tools, future treatments and vaccines. This unexpected pandemic is affecting our humanity, causing an unprecedented health and economic crisis. However, it must serve as a reminder to African authorities not to rely on others to meet the basic health needs of their population. With the coronavirus health crisis, countries that used to supply Africa with medical products are now prioritizing the needs of their populations before exporting them. However, we call for coordinated international solidarity to help the most vulnerable countries. However, assistance must be provided in consultation with ministries of health and national coronavirus management committees.

We call on development aid organizations, UN agencies and NGOs to coordinate in the response to the coronavirus. The sanitary disaster caused by the Coronavirus must not prevent quality, effective interventions with a certain and measurable impact.
Aid to vulnerable countries should not be limited to treatments, vaccines and diagnostic tools alone. In addition to an immediate response to the health emergency, it is also necessary to support the creation of sustainable health infrastructures and to promote the local production of essential medical products in sub-Saharan Africa.

We call upon African countries to take their responsibility in the implementation of the TRIPS flexibilities. Despite the reaffirmation in the Doha Declaration on the TRIPS Agreement and Public Health of the rights of World Trade Organization (WTO) Member States to make full use of the TRIPS flexibilities to provide access to affordable health products, the majority of African WTO member states have not yet taken national measures. With a lack of local production capacity, African countries will not only face high prices but also a shortage of new Covid-19 treatments and vaccines, since producing countries are also facing the pandemic and focus exclusively on meeting the needs of their population.

In the context of this devastating pandemic, we are shocked to note that one of the potential treatments (Remdesivir) that will be validated through clinical trials in the coming days to treat the coronavirus is already patented by the African Intellectual Property Organization (OAPI) while thirteen (13) of its member states are Least Developed Countries (LDCs) and therefore exempt from patent protection on pharmaceutical products.

Thus, we call on OAPI Member States to take immediate national measures not only to implement the transitional period on pharmaceuticals for LDCs but also compulsory license and Government use for non-LDCs in order to avoid that pharmaceutical patents being an obstacle to access to future Covid-19 treatments and vaccines.

Furthermore, we call upon pharmaceutical companies to make a show of humanity and make available all new treatments and vaccines to all population regardless of purchasing power, to save lives for as Louis Pasteur is quoted as saying by Henri Mondor in « Pasteur » 'Science is of no nation, for knowledge is the legacy of humanity, the beacon which lights the world'.


Yolse, Santé Publique & Innovation
www.yolse.ch<http://www.yolse.ch> - @CHYolse


________________________________

[1]https://www.medspal.org/?product_standardized_name%5B%5D=Remdesivir&country_name%5B%5D=Burkina+Faso&country_name%5B%5D=Co%CC%82te+d%E2%80%99Ivoire&country_name%5B%5D=Mali&country_name%5B%5D=Senegal&page=1

[2] Cité par Henri Mondor dans Pasteur.


More information about the Ip-health mailing list