[Ip-health] Le Monde: OMS : la communauté internationale d’accord pour mieux coopérer face au Covid-19

Thiru Balasubramaniam thiru at keionline.org
Wed May 20 00:35:50 PDT 2020


https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/05/20/oms-la-communaute-internationale-d-accord-pour-mieux-cooperer-face-au-covid-19_6040200_3244.html

Les Etats membres ont adopté une résolution soutenant l’organisation dans
un contexte de tensions aggravées entre la Chine et les Etats-Unis.

Par Marie Bourreau Publié aujourd’hui à 06h29, mis à jour à 08h22

Temps de Lecture 3 min.

Les applaudissements qui ont clos, mardi 19 mai, l’Assemblée mondiale de la
santé, qui se tenait virtuellement sur deux jours, étaient convenus.
Certes, les 194 Etats membres ont réussi à adopter par consensus une
résolution de compromis portée par l’Union européenne (UE) en vue
d’améliorer la coopération mondiale face au Covid-19 et l’accès à un
traitement et un vaccin − une première pour l’Organisation des Nations
unies (ONU) depuis le début de la crise. Mais le soulagement de voir le
système multilatéral s’emparer du sujet − après plus de deux mois de débats
stériles du conseil de sécurité au G7 − a été éclipsé par le duel
sino-américain qui a pris en otage une assemblée sous très haute tension.

Car les nuages commencent sérieusement à s’amonceler au-dessus de
l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mise en cause par
l’administration Trump − un des pays les plus touchés par le Covid-19 −
pour sa gestion de la pandémie qu’elle juge trop favorable à Pékin. Elle
doit maintenant faire face à la menace d’un retrait définitif des
Etats-Unis et de leurs financements − à hauteur de 500 millions d’euros
pour la période 2020-2021. Dans une lettre adressée au docteur Tedros
Adhanom Ghebreyesus, son directeur général, Donald Trump donne un ultimatum
de trente jours à l’OMS pour engager des améliorations substantielles à son
action.

Stratégie illisible

La stratégie du président américain est d’autant plus illisible que la
résolution à laquelle Washington s’est ralliée appelle précisément l’OMS à
conduire une enquête « impartiale, indépendante et complète » de sa gestion
de la pandémie. Le docteur Tedros − accusé, lui aussi, par Washington
d’avoir manqué « d’indépendance » vis-à-vis de Pékin − a estimé que cette
enquête devrait avoir lieu « au moment approprié » et a rappelé que
celle-ci ne se limitait pas à son organisation et pouvait s’étendre aux
Etats membres.

<SNIP>

Malgré ces faiblesses, Bruxelles, très impliquée dans les discussions,
s’est félicitée de ce résultat pour la diplomatie européenne et ne s’est
pas privée de tacler M. Trump en rappelant que « le moment [n’était] pas
venu de pointer du doigt et d’afaiblir la coopération multilatérale ». Dans
un communiqué, son représentant pour les afaires étrangères, Josep Borrell,
a réitéré l’appel des Européens à gérer cette crise avec solidarité et à
partager la recherche sur les vaccins. Ce dernier point est d’autant plus
sensible en pleine course aux vaccins. Une centaine est actuellement à
l’essai avec de gros enjeux fnanciers à la clé et alors que la Chine a
promis d’en faire un « bien public ».


Les Etats-Unis ont toutefois annoncé qu’ils se dissociaient d’un certain
nombre de paragraphes, comme ils ont le droit de le faire selon le
règlement de l’organisation. Outre leur opposition à la mention des «
droits sexuels et reproductifs » et à l’avortement, Washington s’est
distancé du paragraphe clé qui appelle à ce que le futur vaccin soit «
rapide » « équitable » « sûr » et « abordable», médicaments et vaccins
anti-Covid-19. Les Américains ménagent ainsi les industries pharmaceutiques
en estimant que le futur vaccin, s’il doit être « abordable », ne peut pas
être« gratuit ».en s’opposant à la possibilité d’assouplir les droits de
propriété intellectuelle pour la fabrication de médicaments et vaccins
anti-Covid-19. Les Américains ménagent ainsi les industries pharmaceutiques
en estimant que le futur vaccin, s’il doit être « abordable », ne peut pas
être « gratuit ».

« La semaine dernière les Etats-Unis ont tenté de saper cette disposition
de la résolution en faisant un lobbying intense auprès d’ambassadeurs
africains, explique Thiru Balasubramaniam, de l’organisation Knowledge
Ecology International. Le bloc a tenu bon face aux tactiques agressives des
Etats-Unis. Les plus afaiblis par cette disposition risquent bien d’être
les Américains eux-mêmes. »

Marie Bourreau (Genève, correspondance)

-- 
Thiru Balasubramaniam
Geneva Representative
Knowledge Ecology International
41 22 791 6727
thiru at keionline.org


More information about the Ip-health mailing list